Aller au contenu principal

Évaluation de la qualité de l'air dans l'environnement de l'Unité de Valorisation Énergétique Arc-en-Ciel 2034, campagne 2021

  • Air extérieur

En 2021, une campagne de mesure a été réalisée autour d’Arc-en-Ciel 2034, conformément aux recommandations du guide de l’INERIS « Surveillance dans l’air autour des installations classées – retombées des émissions atmosphériques » (2016). Son objectif est de comparer les niveaux de pollution par rapport aux valeurs réglementaires et d’évaluer l’influence des émissions du site sur la qualité de l’air environnant. Les niveaux de polluants mesurés sont représentatifs d’une zone périurbaine et respectent les valeurs réglementaires en vigueur. Aucune influence significative des émissions d’Arc-en-Ciel 2034 n’a été mise en évidence.

Contexte :

Depuis la publication des arrêtés préfectoraux du 2 juillet 1992 et du 14 avril 2003, modifié le 13 février 2018, qui imposent une surveillance annuelle de la qualité de l’air autour de l’Usine de Valorisation Énergétique, le dispositif de la campagne de mesure 2020 a évolué et intègre les recommandations du guide « surveillance dans l’air autour des installations classées - retombées des émissions atmosphériques » (INERIS - novembre 2016).
Deux types d’indicateurs sont ciblés :

  • les concentrations en polluants atmosphériques, qui comprennent les métaux lourds, l’acide chlorhydrique (HCl), l’acide fluorhydrique (HF), le dioxyde d’azote (NO2), le dioxyde de soufre (SO2), le monoxyde de carbone (CO), les particules PM10 ainsi que le mercure gazeux ;
  • les retombées atmosphériques totales, qui contiennent notamment les dioxines et furanes et les métaux lourds.

Cette surveillance annuelle a pour objectif :

  • de comparer les niveaux de pollution par rapport aux valeurs réglementaires et de référence,
  • d’évaluer l’influence des émissions d’Arc-en-Ciel 2034 sur la qualité de l’air environnant, en comparant notamment les mesures à celles réalisées sur d’autres sites, non influencés par l’établissement.

Moyens :

Une campagne de mesure avec 2 phases de 4 semaines

En 2021, la période de prélèvements s’est étendue du 31 mars au 28 avril 2021 pour la première phase et du 8 décembre 2021 au 6 janvier 2022 pour la seconde, avec un fonctionnement nominal des 2 lignes d’incinération sur l’ensemble de la campagne.


Deux types d’indicateurs pour plusieurs polluants :

Le dispositif d’étude mis en oeuvre par Air Pays de la Loire comprend la mesure :

  • des dépôts atmosphériques par la collecte et l’analyse des eaux de pluie. Il s’agit de quantifier :
    • 9 métaux (As, Ni, Cd, Pb, Zn, Cu, Hg, Mn, Co, Sb, Vn),
    • les dioxines et les furanes (17 congénères toxiques).
  • des concentrations atmosphériques, par la pose de systèmes aspirant l’air ambiant au travers de filtres qui sont analysés en laboratoire pour mesurer :
    • l’acide chlorhydrique gazeux,
    • les métaux lourds en suspension dans l’air.
  • des concentrations atmosphériques, par la pose de tubes à diffusion passive qui sont analysés en laboratoire pour l’acide fluorhydrique gazeux,
  • des concentrations atmosphériques des polluants suivis en continu par Air Pays de la Loire : dioxyde d’azote, monoxyde de carbone, dioxyde de soufre et particules inférieures à 10μm ainsi que le mercure gazeux à l’aide d’un analyseur automatique Lumex (RA 915 AM).

Résultats :

tableau de synthese par polluant vis-a-vis des valeurs réglementaires

Conclusions

Les teneurs en polluants enregistrées dans l’environnement d’Arc-en-Ciel sont représentatives d’une zone périurbaine. L’ensemble des niveaux en polluants mesurés au cours de la campagne respectent les valeurs réglementaires et les valeurs guides définies par l’OMS. Aucune influence significative des émissions d’Arc-en-Ciel sur les niveaux des différents polluants n’a été mise en évidence.